Manager rejeté par son équipe, puis-je le licencier ?

Votre manager se démène, il vous suit, il fait tout « pour l’entreprise ».

Il ne compte pas ses heures…

Il affronte son équipe pour faire  » passer » vos décisions.

Il répond présent dès que vous avez besoin.

Il a des idées, il s’adapte.

 

Il est bon, voire très compétent.

Compétent techniquement !

 

Avant des signaux clairs, des signes apparaissent…

Son équipe devient triste, plus de sourire…

La poignée de main devient molle, le regard fuyant

On ne vous dit rien.

C’est à vous de comprendre !

Vous êtes le chef.

 

Pris dans le feu de l’action, vous vous dites, mauvais jours, jamais contents…

Vous n’avez pas envie de voir d’autres problèmes, la cour est pleine.

 

Le temps passe. Cela prend beaucoup de temps, plusieurs mois.

La situation éclate, avant d’exploser !

 

Cela vous arrive soit par une équipe extérieure, les délégués du personnel ou syndicaux, un collaborateur de votre manager, vos clients ?

Parfois, tous à la fois.

 

Des heures d’échanges, de paroles à essayer de comprendre, d’expliquer, de défendre votre manager, de recadrer.

 

Cela ne suffit pas !

Le problème est ailleurs.

 

Juridiquement, vous n’avez RIEN.

 

Psychologiquement, vous pesez le pour et le contre,

la balance « pour accepter les critiques » penche un jour, puis finalement votre manager est « très bien » un autre jour…

 

Puis finalement, revenons sur terre, ses compétences sont rares sur le marché,

un recrutement cela coûte cher,

la perte du savoir faire,

la formation du nouveau recruté,

tout ça va vous coûter beaucoup de temps, de l’argent, voire un contentieux prud’homal …

 

Pour « des états d’âmes » !

 

Votre énergie doit se focaliser sur VOS dossiers, ceux qui font avancer l’entreprise.

 

A la louche, le budget pour ce type « d’affaire » peut vous conduire à plusieurs centaines d’euros.

Des heures de réunions, de rdv  » face to face », des mails en copie…

des mails, notes ou courriers à écrire,

Des heures de soucis à tourner le problème dans votre tête pour trouver la meilleure solution, « récupérer » l’histoire, mettre des plans d’actions…

 

La pire des choses :  NE RIEN FAIRE

 

Cela conduit à pire !

 

Vous devenez responsable du problème pour tout le monde :

Votre manager

Vos salariés

Vos représentants du personnel

L’inspection du travail,

Les juges

Vos N+1 ou actionnaires,

 

Vous devenez  » celui qui ne sait pas gérer »,

« Votre carence en management » devient flagrante !

 

Vous devenez la victime,

et je vous invite à vous donner du temps pour remonter dans l’échelle de valeur, être promu…

C’est dans votre dossier,  » votre casier judiciaire interne ».

 

N’est-ce pas un comble ?

Votre entreprise recrute des managers, c’est pour manager.

Vous ne pouvez tout faire, être partout, tout contrôler ?

 

 » si le mec ou la nana  » ne sait pas se faire apprécier par son équipe, et se faire rejeter sur le plan humain, ce n’est pas de votre faute ?

 » on ne peut pas plaire à tout le monde ! »

 

Et pourtant ?

 

La désorganisation est là !

La dégradation du climat est là !

Certains pensent à démissionner et vous ne voulez pas les perdre.

Tous les salariés, votre entourage, observent « comment vous allez vous sortir de là ».

C’est glissant ?

 

C’est épuisant ?

Ce n’est pas de votre compétence…de votre responsabilité ?

 

Si vous répondez « oui » , je ne peux plus rien faire pour vous.

Bonne chance avec vos juristes, avocats, et pour vous.

 

Si vous prenez conscience que TOUT ce qui ce passe dans votre entreprise, en particulier au niveau de vos relations humaines, vous en êtes responsable.

 

Y compris le privé, il ne s’arrête pas à la porte de l’entreprise, quoi qu’on entende.

 

Vous n’êtes pas assistante sociale, psy, etc…

 

Votre rôle sera de faire la part des choses, de trier,

d’être le plus objectif possible,

mesurer les conséquences,

imaginer des solutions,

prendre une décision: se séparer du manager ou pas.

 

A partir de là, les actions, le dossier se gère:

 

  • soit de manière  » rouleau compresseur » avec un chèque, le plus vite possible
  • soit de manière  » humaine » avec recherche de solutions pour vous et pour votre manager

 

La première décision peut être de prendre une heure pour examiner l’étendu des dégâts, envisager les pistes possibles et le timing….