fbpx

Comment ce chef d’entreprise sauve 50% des emplois visés dans son PSE

 

Cela a fait la UNE des journaux spécialisés,

Cela a été soutenu d’applaudissements de membres du gouvernement….

 

Les informations journalistiques titre : Comment le président de X a sauvé 618 emplois sur 1261 du PSE qu’il négocie depuis 5 mois.

 

Bravo, en première réaction.

 

Que c’est-il passé pendant ces 5 mois ?

 

Un patron se trompe-t-il lorsqu’il en arrive à cette décision de supprimer 1261 postes ?

Ses équipes sont-elles vraiment si incompétentes ?

 

Un des objets des négociations en PSE est de valider le nombre de postes supprimés et d’examiner si certains peuvent « être sauvés ».

 

Soit stratégiquement, en fonction de son style de négociation, on laisse des postes  » à sauver » pour satisfaire les revendications syndicales et mieux les cadrer.

Soit on s’est vraiment tromper, et là, je ferai tout pour que la presse n’intervienne pas…

Soit on a négocié avec l’ETAT, trouver des arbitrages….

 

50% de l’effectif visé dans un plan social, cela fait beaucoup, c’est gros.

 

Certains diront, les syndicats, on a sauvé des emplois.

Certes.

 

Quid dans 2 ou 3 ans ?

 

Le problème, lorsqu’une entreprise vit un plan social,

C’est qu’elle vit une expérience, une expérience très douloureuse.

C’est donc possible.

Cela peut nous arriver.

Cela peut recommencer…

La peur s’installe.

 

Toute la motivation est perdue, pour ceux qui ont été sauvés et ceux qui restent.

Eh oui les « gagnants » sont peut-être ceux qui vont être licenciés.

Ils vont bénéficier d’un accompagnement de plusieurs mois pour travailler leur projet de reconversion.

 

La question reste : est-ce que l’entreprise, elle, travaille son projet de reconversion,

son projet de réduction d’effectif, l’amortissement de toute cette opération ?

Ce ne sont pas les questions comptables ou financières qui sont abordées ici.

 

La plus grosse difficulté est que parfois le personnel, mais surtout le chef d’entreprise et son équipe ne sont pas prêt à cet événement, à ses ricochets dans l’avenir.

Le plus gros problème est de n’avoir pas l’expérience d’un pivot, d’une reconversion de son activité.

 

La plus grosse priorité est de travailler au nouveau projet.

A défaut, c’est un nouveau plan social ( PSE) qui se profile…

 

Je me souviens d’une entreprise que j’ai accompagné dans son 3ème plan social en 8 ans.

Le premier avait pour conséquence de faciliter les départs « négociés », anticipation de retraite et départ volontaire.

Le second, plus difficile, a été de repenser une reconversion de métier. Il s’agissait de transférer les compétences du savoir faire à un autre savoir faire. Projet intellectuellement intéressant, le temps ( 3 ans) n’a pas permis d’aboutir..

Le troisième, la moitié de l’effectif a été licenciée.

 

L’entreprise ensuite à été cédée deux ans après à un autre groupe…

Ce dernier est toujours en restructuration…

 

Toutes cette histoire a pour seule objectif de souligner qu’il n’y a pas de hasard.

Lorsque une entreprise, un patron, un salarié, un individu, fait toujours la même chose, alors que son environnement change,

Et qu’il ne fait rien pour changer…

Il obtient ce qu’il recherche !

Vous l’avez compris, je préfère travailler AU CHANGEMENT.

 

C’est difficile, il y a des échecs, cela prend du temps, de l’argent,

C’est un choix !

Le choix de mettre son énergie dans une direction ou une autre.

 

Comment je m’y prends avec mes clients ?

La première phase, souvent celle qu’ils demandent ( pour y voir plus clair, pour être plus serein, pour…) est de « faire le tri ».

Le tri de tout ce qui bloque et de l’améliorer, si pas de résultat, exit. ( je parle ici aussi des clients, fournisseurs, processus…)

Ensuite, le travail est axé sur le nouvel état d’esprit.

L’état d’esprit du début, de la création, dans cette phase tous les nouveaux projets sont creusés, testés,

une nouvelle dynamique, une nouvelle équipe, une nouvelle entreprise est en train de se créer.

Le chef d’entreprise redevient l’investisseur de ses débuts 🙂

Où sont les ressources ?

Quelles sont les actions qui vont permettre de gagner de l’argent, de réinvestir….

 

Ce qui est paradoxal en ce moment c’est que l’on côtoie tout et son contraire,

que certaines entreprises licencient, ferment,

d’autres explosent leurs chiffres d’affaires.

 

« Dans le monde économique », un seul critère reste valable finalement : ta rentabilité

Si ce critère fait partie de tes objectifs, un autre de tes objectifs pourrait être de rejoindre un groupe de chefs d’entreprise qui veulent CHANGER leur entreprise, qui veulent se traiter en premier pour ne pas devenir l’esclave de leur boite.

Tu sais ce que tu peux faire ?

Prendre RDV ici pour voir si tu peux rejoindre le groupe.

Et oui, il y a des conditions.

 

 

 

Recevez par email les conseils directs, simples et pratiques et sans jargon............

....qui a permis à la seule spécialiste francophone qui fait le lien entre RH, juridique et psychologie de l'humain de n'aller que 6 fois aux Prud'hommes

sur la totalité des dossiers dont elle s'est chargée intégralement elle-même ces 30 dernières années pour des chefs d'entreprise comme vous

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
En soumettant ce formulaire, j\'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Vous pouvez bien sûr vous désinscrire d’un simple clic si vous jugiez qu’ils ne vous étaient pas utiles.