Je ne veux pas que le salarié revienne

 

Long arrêt de maladie, long, très long congé parental ( 2 à 3 enfants…), l’organisation de l’entreprise a totalement changé en 2 ou 3 ans.

C’est dur.

Bien qu’inscrit à l’effectif, bien que non rémunéré, le salarié est oublié, « on  » ne pense pas à son retour.

 

Pourtant, il est protégé par la loi.

Son emploi est protégé, pas son poste.

 

Alors différents scénarii se mettent en place pour se séparer du salarié.

 

 » loin des yeux, loin du coeur  » ?

 

Oh dans l’urgence, on apprend qu’il revient.

 

Vous avez au maximum un mois pour trouver une solution.

 

Plusieurs années sans contact ou presque et en un mois vous lui fermer la porte.

 

C’est sûr, cela va coûter le max !

S’il va au prud’homme.

 

Quelques cas en exemple :

Une femme qui a décidé de prendre du temps pour élever ses enfants.

ou tout simplement, financièrement, cela ne valait plus la peine de venir travailler et se réveille quand le système ne lui permet plus d’avoir d’argent et ne souhaite pas refaire un enfant.

Elle doit reprendre une activité.

J’ai rencontré une personne qui était partie vivre en Bretagne, avait fait sa vie, et un jour, active son obligation légale et annonce qu’elle va reprendre son poste.

En Ile de France.

 

Convaincus ( infos par la bande) qu’elle ne quittera pas la Bretagne, on calcule ce que cela va nous coûter:

  • Indemnités de licenciement
  • préavis non effectué
  • dommages et intérêts pour cause non réelle et sérieuse
  • dommages et intérêts pour discrimination
  • et plus si elle est protégée ou si elle reprend un poste ( difficultés garanties !)

 

Certains avocats n’hésitent pas à  demander le million d’euros….

 

Imaginez fermer votre boite pour quelqu’un qui n’a plus aucune valeur ajoutée depuis plusieurs années ?

 

Qu’avez-vous louper ?

Qu’avez-vous dans votre dossier ?  la fameuse formule des experts.

 

Je me souviens d’une autre expérience, arrivée dans l’entreprise pour un plan social.

17 personnes inscrites « absentes ».

On ne savait pas ce qu’elles devenaient ?

Incroyable, non ?

 

Certaines avaient un double emploi, d’autres étaient dans des situations bien difficiles.

 

L’annonce du plan de licenciement ( tout se sait :)) a réveillé le téléphone, les demandes de rdv.

 

Il parait que quelqu’un de  » nouveau »,

qui discute,

qui prend le temps de recevoir les salariés,

de les écouter et de trouver une solution acceptable en fonction de la situation, du projet,

 

cela aide !

 

Dans cette expérience, avec le soutient des partenaires sociaux, des solutions économiques honorables ont été trouvées.

 

Malgré un référé sur la procédure du plan social, l’entreprise ( j’ai ;)) gagné.

 

Tout s’est déroulé dans le respect du droit et des hommes, à la grande satisfaction de l’employeur.

 

Si vous avez la même croyance ,  » tout est toujours négociable jusqu’à la barre du tribunal »,

alors inscrivez vous pour une réflexion stratégique