Se faire virer, meilleur moyen de gagner plus que le livret A

 

Cela m »arrive presque tous les jours, pour ne pas dire tout le temps.

Comment puis-je faire pour partir et avoir des indemnités de licenciement ?

Que feriez-vous , dans ma situation?

 

J’ai aussi pris « l’habitude » de ce type de question et cherche à savoir ce qui se passe …

Démotivation passagère…

Ras le bol lunaire ?

Gavage d’infos négatives ?

 

Reconnaissons le, cela devient un exploit de garder de l’optimisme, de rester positif, de voir les opportunités dans la difficulté…

de travailler !

 

Je ne vais pas vous raconter là toutes les histoires, Il y en a pour des années.

Ce qu’elles ont en commun, c’est l’humain.

 

Certains se sont trompé de job… ou sont venus pour des raisons alimentaires, bien louables, et aujourd’hui ils peuvent se permettre de choisir.

de prendre leur vie en main.

 

Certains n’en peuvent plus, la vie personnelle et familiale est trop lourde et ils ont besoin de respirer, de se reposer.

Certains sont fatigués, d’autres 2 ans après leur diplôme veulent faire le tour du monde.

 

Parfois c’est la maladie ou celle du conjoint qui replace les priorités.

 

Et puis il y a ceux qui en font un business, s’achète une voiture tous les 3 ans.

 

Ce qu’ils veulent c’est de l’argent !

 

Après tout ce qu’ils ont fait pour l’entreprise, pour le patron, il peut bien faire cela ?

 

Le loyer, la vie, c’est dure, aucune économie.

Les enfants, les études, le déménagement, le temps pour retrouver un travail…

 

Ils ont besoin de garder à peu près le même salaire avec le pôle emploi pour se remettre en selle ou avoir leur retraite.

 

Retraite, encore 2 à 4 ans de plus ?

Impossible.

 

SVP, ne criez pas à la discrimination.

Ne cédez pas au DRHbashing.

 

Ces discussions, ces demandes là existent aussi.

 

Peut-être que c’est justement parce qu’elles sont nombreuses que certains patrons ne savent pas comment les gérer et les gèrent très mal.

 

Pour réconcilier tout le monde : Comment puis-je me faire augmenter n’est-elle pas le première question que vous posez à un DRH ?

Et à force de ne pas l’être, la seconde question est : comment puis-je partir avec des indemnités ?

 

Soyons clairs, lorsque l’employeur a envie de séparer du salarié, cette question devient une opportunité partagée, si elle est acceptable pour les 2 parties 🙂

 

Le problème, est lorsque cette question est récurrente, systématique, et s’installe dans la relation individuelle.

 

L’objectif d’un employeur est de garder les bonnes compétences.

Toute séparation lui coûte bien plus chère que les indemnités de rupture.

S’ajoutent les frais d’un recrutement pour remplacer celui qui part, le coût de la formation et apprentissage jusqu’au moment où le nouvel employé est devenu efficace.

Les intentions d’augmentation individuelle pour « garder » les autres…

A la fin, tous ces demandes de départ chiffrent…

 

Le comble, à mon sens, est le cas du plan de licenciement, la baisse d’activité.

Pleins d’outils juridiques permet de suspendre le contrat de travail, avec une prime attachée au dispositif, votre salarié part faire de l’intérim et gagne une plus value le temps de la suspension,

puis revient quand le ciel de l’entreprise est plus clément.

Tout le monde est gagnant ! ?

Les chèques de départ de certains grandes entreprises, font rêver.

parfois plus qu’une année de salaire…

La voiture neuve, devient accessible.

 

Et le salarié qui se dépêche trouve un emploi, valorise les conditions de son départ et négocie son salaire d’embauche nouvelle société.

Le cycle est en marche..

Indemnités non imposables, cela devient intéressant pour certain.

 

Je ne veux pas donner de mauvais exemple, j’ai une histoire d’achats de voitures de collection financées, tous les 5 ans ( marque jaguar :))

 

Abstenons- nous de parler du coût social et sociétale.

 

Le système poussé au bout, sur un bassin d’emploi, soit le salarié est dans l’obligation de quitter le pays, soit l’entreprise se délocalise ou disparaît.

Individualisme ?

Je réponds , devenez égoïste.

 

Utilisez les règles pour imposer les vôtres.

 

PS : pas facile ma ptite dame.

Jamais dit que c’était facile.

Mais possible, certains patrons y arrivent et réussissent… sans virer.

La solution est de se donner les moyens.