fbpx

Ceci fait toujours perdre gros aux chefs d’entreprise, mais ce n’est rien par rapport à ce qui les attend maintenant …

 

Ce que vous allez entendre dans les lignes suivantes ne va peut-être pas vous plaire.

Et tant mieux si cela vous parle, c’est que vous avez un début de conscience, vous allez pouvoir décider d’agir.

Pour les autres, il n’ y a aucun jugement, c’est OK.

Vous n’êtes pas prêt.

 

De quoi donc est-ce que je parle ?

 

De votre trouille !

 

Que ce soit pour un dossier salarié, un investissement dit risqué, une perte de CA, il est normal d’avoir peur, de vouloir prendre la bonne décision.

 

Vous prenez alors le temps de réfléchir, d’être sûr :

Que vous avez tous les éléments pour gagner ou perdre le moins possible.

Que vous avez « assuré » pour vous rattraper au cas où tout irai dans le mur.

 

Les gourous le clament à qui veut l’entendre «  il faut échouer, pour mieux apprendre, en tirer les leçons »

Tout de même, facile à dire !

Ce n’est pas eux qui auront à gérer les conséquences du bazar en cas d’échec !

 

Le problème (pour certains) est qu’ils deviennent « comme anesthésié » par la vision du problème.

Ils sont tellement paralysés qu’ils inventent toutes les conséquences négatives, les attirent !

Ils ne voient plus aucune portes de sortie, n’écoutent plus aucun conseil positif, y compris de leurs plus proches collaborateurs, associés, conjoint.

 

La conséquence ?

 

Tout se bloque !

 

Au nom de la trésorerie, de la peur de ne pas pouvoir répondre aux échéances, de la peur de la cessation de paiement,

ils verrouillent tout.

Ils jettent tout ce qui ne leur semble pas nécessaire (mieux dit : tout ce qu’ils peuvent arrêter contractuellement !)

Ils cessent toute communication extérieure et interne.

 

Plus personne ne sait ce que le chef d’entreprise pense, ni sa banque, ni ses clients, ni ses fournisseurs, ni ses salariés…

Toutes les dépenses sont contrôlées, stoppées.

Et il attend.

 

Pendant ce temps ?

 

Ses meilleures compétences partent, démissionnent.

D’autres saisissent toutes les occasions pour être absent, n’en faire que le minimum.

 

Au manque de communication, s’instaure un manque de sens, de motivation.

 

C’est vrai, le chef d’entreprise (surtout en ce moment post covid-19) ne sait pas où il va, ce qui va se passer.

Plus rien n’est sous contrôle.

Les projets s’arrêtent faute de moyens et de motivation : pourquoi allez plus loin ?

Est-ce que cela va servir à quelque chose dans quelques mois ?

Pourquoi investir ?

 

Tout ce stress est bien normal.

Le cerveau le gère depuis la nuit des temps de 3 manières :

  • La fuite
  • La prosternation
  • L’attaque

 

Vous l’avez compris j’ai un penchant pour le club des attaquants.

Nous en avons déjà quelques exemples en 8 semaines, y compris chez les jeunes chefs d’entreprise ( CEO), start up, (parfois la risée des plus anciens chefs qui tiennent depuis plus de 40 ans).

Que le chef soit jeune ou plus vieux : comment agir, que faut-il faire, lorsque l’on perd 80 % de son CA, que l’on perd 12 clients sur 14 ?

 

C’est sûr, cela coûte déjà très cher.

Il faudra du temps pour récupérer, plusieurs mois, plusieurs années…

Sauf que cela va coûter encore plus cher !

le licenciement des salariés, des consultants ou avocats, l’addition est doublée,

on parle de millions d’euros pour une 100taine de salariés.

 

La réponse en psychologie ( je n’ai pas vérifié), c’est le courage.

 

Le courage de prendre les problèmes les uns après les autres ou en même temps.

 

La solution n’est pas d’attendre que cela passe, d’espérer passer sous le radar du monde des affaires.

Parce que les conséquences seront soit négatives pour vous et votre entreprise, soit positive avec de la croissance.

Regardez autour de vous, cela a commencé !

 

La création passe en partie par la destruction, a dit Picasso.

 

La solution est de faire le tri sur ce qui marche pour vous,

La solution est d’identifier la création de valeur de votre entreprise.

Et d’éliminer le reste.

 

C’est difficile à entendre ?

C’est ce que nous faisons tous, dans tous les secteurs d’activité, y compris médical comme nous venons de le vivre, c’est la loi de la nature,

la loi économique pour le chef d’entreprise.

 

Vous avez décidé d’être dans l’équipe des attaquants ?

D’agir et de prendre aussi des risques pour faire passer le cap à votre entreprise et survivre, alors prenez contact avec moi.

 

Ce qu’on va faire ?

C’est qu’on va passer une heure ensemble.

Je vais vous poser toutes les questions nécessaires pour bien comprendre votre situation.

Puis vous donner les options possibles de réorganiser votre entreprise avec un plan d’action complet pour vous séparer de certains salariés, juste au coût du minimum légal, si besoin.

 

Ces pistes et plan d’actions que je crée pour et avec vous ?

Il coûte 2000 euros HT.

Mais peut vous en permettre d’en économiser des dizaines de milliers et sécuriser la survie de votre entreprise

 

Et si vous le souhaitez, une fois que je vous aurais présenté votre plan d’action ?

Je pourrais même me charger de tout le dossier pour vous.

Est-ce que ça sera donné ?

Clairement pas.

Mais ça vous reviendra bien moins cher au bout du compte.

Recevez par email les conseils directs, simples et pratiques et sans jargon............

....qui a permis à la seule spécialiste francophone qui fait le lien entre RH, juridique et psychologie de l'humain de n'aller que 6 fois aux Prud'hommes

sur la totalité des dossiers dont elle s'est chargée intégralement elle-même ces 30 dernières années pour des chefs d'entreprise comme vous

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
En soumettant ce formulaire, j\'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Vous pouvez bien sûr vous désinscrire d’un simple clic si vous jugiez qu’ils ne vous étaient pas utiles.