fbpx

Comment se séparer d’un salarié à qui on a rien à reprocher

 

Des chefs d’entreprise me demandent souvent, je ne veux plus le ( la) voir, comment je peux faire ?

Ils n’ont aucune faute à reprocher.

Le salarié est là, il fait plus ou moins son travail et pas plus.

Le chef d’entreprise n’attend plus rien, l’ignore.

Il attend.

Le salarié aussi attend. Il essaie de comprendre ce qui se passe, ce que son patron veut.

Pourquoi il ne l’augmente pas, ne lui parle plus, l’ignore ?

 

Le temps passe, des années souvent jusqu’à ce qu’un événement, une parole de trop fait exploser le couvercle.

 

La difficulté , c’est qu’il n’y a rien dans le dossier.

C’est d’ailleurs ce que dit l’avocat du chef d’entreprise.

5 ans, 10 voire 15 ans sans un mot, sans une remarque, sans un avertissement et voilà que le licenciement devient la solution.

 

Le problème, c’est que légalement, c’est une addition de condamnation qui est servie.

Et payer 1 à 2 ans de salaire ce n’est pas possible pour un chef d’entreprise, pour un salarié que l’on n’a jamais reconnu et pourtant gardé.

 

Alors la situation s’aggrave de part et d’autre.

Chacun va répondre avec ses moyens.

 

Le salarié utilise une arme : l’absentéisme.

 

Moins il est augmenté, plus il se sent oublié, méprisé et plus il va emmerder son employeur.

Le pire, c’est quand le salarié n’en fait même pas exprès. Les problèmes personnels s’ajoutent à la gestion du dossier.

 

Alors l’employeur laisse encore un peu de temps, il ne veut pas en ajouter aux problèmes personnels.

 

Comment allez expliquer à un salarié que l’on s’est trompé dans le recrutement,

que l’on a attendu,

que l’on a essayé de le former,

de le changer d’équipe,

que l’on a tout essayé pour le faire progresser

et rien ?

 

Ce n’est pas prévu dans le code du travail.

 

Une fois embauché, période d’essai passée, le chef d’entreprise a légalement validé les compétences du salarié.

Il ne peut plus se séparer de son salarié sauf faute, ou motif économique.

 

Les experts trouveront des règles possibles pour motif personnel.

Dans ce cas, le dossier doit être très bien monté.

Dans le cas contraire, c’est un licenciement nul et c’est au minimum une condamnation à 6 mois de salaire.

 

Il existe bien la rupture conventionnelle, il faut que le salarié soit d’accord.

 

Il existe aussi la démission, là , sauf cas très spécifiques, le salarié n’a pas droit aux assurances chômage.

C’est l’envoyer sous les ponts !

Tous les chefs d’entreprise ne sont pas tous des s…..

 

Alors comment en sortir ?

 

Par la relation humaine.

Tout votre art sera d’échanger avec votre salarié.

Il devra comprendre que la situation n’est pas tenable, que la meilleure solution pour lui est de trouver un autre emploi qui lui convient.

Vous pourrez même l’aider, en le soutenant à construire son nouveau parcours, en lui donnant du temps pour s’organiser personnellement.

 

Vous seriez étonné de constater que souvent le salarié n’attend que cette décision (tout comme vous !)

Une sorte de feuille de route ou plan d’action est à co-construire pour une séparation dans l’intérêt des deux parties.

2 ou 3 entretiens suffisent à construire la démarche.

 

Si vous êtes intéressé pour expérimenter ma méthode avec un ou plusieurs de vos salariés, prenez une heure de consulting opérationnel avec moi. Cela vous coûtera 2000 euros HT et vous repartirez avec le dossier clé en mains, avec tous les détails et la procédure à suivre, y compris les options.

Si mon agenda me le permet, je pourrai même vous accompagner dans la gestion totale du dossier, le faire avec vous et vous garantir zéro prud’homme.

 

Attention, ces dossiers-là, j’en fais que quelques un par an, au plus 10. Cela dépend de la complexité de la situation, du temps que cela va nous prendre pour aboutir au résultat souhaité.

C’est la règle de la patience, une place de libre, une entrée possible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recevez par email les conseils directs, simples et pratiques et sans jargon............

....qui a permis à la seule spécialiste francophone qui fait le lien entre RH, juridique et psychologie de l'humain de n'aller que 6 fois aux Prud'hommes

sur la totalité des dossiers dont elle s'est chargée intégralement elle-même ces 30 dernières années pour des chefs d'entreprise comme vous

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
En soumettant ce formulaire, j\'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Vous pouvez bien sûr vous désinscrire d’un simple clic si vous jugiez qu’ils ne vous étaient pas utiles.