Pourquoi vous ne devez pas espérer que les aides de l’Etat sauvent votre entreprise

 

Vous le savez comme moi :

La situation est critique pour la majorité des entreprises ces temps-ci.

 

Et beaucoup risquent la faillite à cause de la crise du Covid-19.

 

Et oui, c’est vrai :

Le Gouvernement fait tout ce qu’il peut pour soutenir l’activité.

 

Il donne sa garantie presque sans conditions  🙂

 

Et oui, c’est vrai aussi :

Le monde » comprend  dans la douleur que sans chefs d’entreprise, sans hommes ou femmes qui choisissent de se lancer dans les batailles, tous comme nos chirurgiens, médecins, infirmières…tout se bloque.

 

Mais est-ce que vous pouvez comptez là-dessus pour éviter la faillite de votre entreprise ?

J’ai comme un (gros) doute.

 

Pourquoi ?

Vous avez trop d’inconnues à gérer.

 

Vous n’avez pas le contrôle de la gestion des aides :

  • Les bugs informatiques reportent les délais de traitement de vos dossiers par l’inspection du travail, la sécurité sociale…les remboursements, prises en charge ne seront pas au rendez-vous, au moment où vous l’aviez calculé. Votre trésorerie fond dans la file d’attente

 

  • Les conditions pour que vos dossiers soient acceptées ne collent pas forcément aux conditions de l’ETAT, malgré les promesses faites : “ je veux que personne en France, ne soit touché par cette crise sanitaire, ne perde un euro”.

 

Vos dossiers peuvent être refusés comme ça. Sans explications. 30 jours après leur dépôt.

ET ici ne sont visées que les conséquences pendant le confinement.

Des infos journalistiques parlent de 50 milliards de coût par jour pour la France.

 

Que va-t-il se passer après le confinement ?

 

Pour la crise économique ?

  • la baisse ou la fin d’activité pour certains, sauf pour ceux qui ont multiplié les secteurs d’activité, sortent un projet du tiroir.

 

Pour d’autres, ce sera la hausse de CA, de nouveaux clients.

 

Toutes deux posent des problèmes de capacité, de recrutement, de formation, de reclassement. Il arrive que des sites ferment devant un mur de commande.

Les cartes sont rebattues

 

Pour la crise financière ?

  • L’Etat s’organise, s’endette pour soutenir l’activité.

C’est du jamais vu !

De quoi ont-ils si peur ?

 

  • Les offres de prêt garantis, devront être remboursées, seront-elles données à tous, sans exception ?

Il est à parier que seules les entreprises avec un bon cash flow, bonne trésorerie seront servies en premier. Celles qui peuvent survivre ou celles qui seront plus grosses avec plus de salariés à sauver.

L’Etat ne veut pas de crise sociale, c’est la pire chose qu’il puisse nous arriver en ce moment. C’est politique et pas économique.

  • Les reports d’échéances de charges, il faudra les payer. Nous recevons des messages que si nos finances le permettent, au nom de la solidarité, nous sommes invités à payer… L’Etat a besoin d’argent ! Nous sommes tous dans la même galère.
  • les reports de mensualités de vos prêts : très bien, la banque gagne de l’argent avec les intérêts supplémentaires. Vous vous endettez plus et plus longtemps.

 

Mon avis ?

Les crises économiques et financières sont déjà arrivées dans l’histoire… Les règles sont claires. Elles vont peu changer. En plus, on s’y attend depuis plusieurs années.

 

Alors revenons sur votre terrain, ce sur quoi vous avez encore la maîtrise :

Quelles sont vos responsabilités légales, qu’est-ce vous risquez ?

 

  • Vos responsabilités légales de chef d’entreprise. Elles sont toujours là. Les 25 ordonnances légales viennent vous aider à prendre des décisions plus rapidement, sans aucun formalisme ou presque, sans aucun délai de consultation de vos représentants du personnel, délai de prévenance.

Ordonnance = Urgence.

Elles sont là pour vous protéger dans vos décisions légales de modifications des conditions de travail, d’organisation des horaires.

Vous êtes toujours responsable et non coupable. Vous avez l’autorité pour organiser votre activité pour survivre.

 

  • Vos responsabilités de chef d’entreprise, de gestionnaire, sont toujours là.

Vous avez 2 options et 2 seules :

1- Soit vous vous sortez des crises et vous vous développez.

2- Soit vous entrez dans le couloir de la cessation de paiement, du redressement judiciaire…

 

Réfléchissons ?

Y a –t-il d’autres alternatives en ce moment ?

Est-ce vraiment le moment de vendre, de prendre sa retraite ?

 

Quel plan d’actions mettre en place dans ces situations :

Les questions que je pose aux chefs d’entreprise que j’accompagne ?

As-tu déjà vécu une crise ?

Qu’est-ce que tu sais déjà faire dans cette situation?

Combien de temps peux-tu tenir avec tes fournisseurs, tes stocks ( si tu en a pas, tu es mal), ta tréso, tes salariés présents ?

 

Qu’est-ce qui te permettrait de passer le cap, de survivre ?

La première réponse est systématiquement la tréso.

C’est  le nerf de la guerre.

Moi je pense que l’on peut trouver de l’argent, surtout en ce moment.

Pour moi, le nerf de la guerre, c’est les appros, les salariés (ceux qui veulent se battre, garder leur job).

Tout dépend de votre structure, de votre effectif. Plus vous êtes «  petit », plus vous serez « réactif »

 

Les clients, eux, tant que vous pouvez répondre à leurs commandes, ils absorbent (trop contents que vous fonctionniez)

 

Nous pourrions faire une liste des points à traiter, passez en revue votre plan de continuité d’activité, de re-démarrage,

J’ai pas le temps, vous avez des modèles partout sur le net.

 

Ce que vous devez faire ?

Rester ouvert.

Pour ceux qui se sont précipités ou qui ont été obligés par la loi, il s’agit de redémarrer très vite. Chaque jour de non activité vous coûte bien plus cher que votre CA ou votre masse salariale !

Sécuriser au maximum

( y compris faire plus que les règles réglementaires), par rapport à votre obligation de sécurité et de santé au travail de chef d’entreprise vous devez être irréprochable sur les mesures de barrière à la propagation du covid-19, barrer les tentations au droit de retrait de vos salariés, barrer toutes tentatives de pénalités de l’inspection du travail ( plus tard), barrer tous risque de contentieux dans plusieurs années ( exemple fort : amiante)

Gérer au jour le jour

Vous devez être présent et répondre à toute question qu’elles quelles que soient. Suivre les instructions gouvernementales, légales, les informations de vos clients et fournisseurs

Organiser l’activité, communiquer

Avec tous les intervenants externes, et surtout avec vos salariés, vos représentants du personnel. Il faut du courage pour venir travailler avec la boule au ventre. Vous devez les remercier, donner du sens.

Optimiser la trésorerie, le cash-flow

préparez vous à prendre des décisions difficiles, séparation de client(s), séparation de produit(s), séparation de salariés…

préparez-vous à saisir des opportunités, opportunités d’investissement, opportunités de nouveaux projets, nouvelles orientations, nouveaux montages juridiques, fiscaux…

“Rien ne sera comme avant”

 

Comment faire ?

Et pourtant c’est presque simple !

Comment faites-vous lorsque vous lancer un projet ?

Vous vous préparez.

 

Aujourd’hui, Il suffit de vous préparer plus vite, de trouver les moyens, de vous appuyer sur une équipe pilote fiable, de vous entourer d’experts.

 

Pourquoi ça va marcher.

Cela marche à chaque fois que vous avez été confronté à un nouveau projet, un nouveau « problème ».

 

Et si cela ne marche pas ?

Vous aurez tout tenté !

sans regrets, ni remords.

 

Besoin d’aide ?

Si vous vous sentez l’énergie pour rebondir, que votre situation soit encore viable ou non,

Contactez-moi pour qu’on discute ensemble du plan de sauvetage que je recommanderais à votre entreprise en fonction de votre cas spécifique.

 

Et si ce plan vous parle ?

On verra comment je peux vous accompagner à le mettre en œuvre pour vous.

Pour recevoir ces conseils qui pourraient littéralement sauver votre entreprise,
Entrez votre meilleure adresse email ci-dessous :

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.
En soumettant ce formulaire, j\'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité. Vous pouvez bien sûr vous désinscrire d’un simple clic si vous jugiez qu’ils ne vous étaient pas utiles.